Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean-Loïc Lemarchand est Marie Guerzaille..

Publié le par petitefolie72

  Un Spectacle a voir en famille

*

*

C'est qu'elle a fait son trou, la Marie. Elle est enracinée à mort, née native de Kerbristou, village imaginaire de 182 habitants du Centre-Bretagne. Et pourtant, elle est de partout. De partout où il y a de l'humanité « qui n'a pas eu la chance d'avoir de la chance et de naître tout habillée ». De tous les endroits où la vie tient au fil ténu de la tournée de Jo Reniflard, le facteur. De Marie Pètesec. Du professeur Laribotte ou de Jeannot Lafutaille, le marchand de cidre. De partout, vraiment, là où la vie « guerzaille ». Où l'école ferme. D'où la jeunesse fiche le camp. Où les vieux vieillissent

 

http://static.footeo.com/uploads/aspluvigner/Medias/facteur_M._Guerzaille.jpg

 

 

 

Il trait les vaches et brûle les planches.

Quarante laitières au pré et 50 000 spectateurs à l'année côté scène. Jean-Loïc Lemarchand est Marie Guerzaille.  

Un personnage que les salles rurales s'arrachent.


Le dimanche, il joue jusqu'à pas d'heure. Autour de minuit, rideau baissé, blanc comme un yaourt, 2 de tension, il est vidé de chez vidé. Il tasse son tracteur Massey Harris de 1958, sa mob'jaune de facteur, ses jeux de lumière et ses oripeaux de théâtre dans le camion de 19 tonnes. Roule une partie de la nuit avec des applaudissements plein la tête. Lundi, à 7 h, il croche dedans : « Quand tu pousses ton fumier à la fourche, les chevilles ne gonflent pas. »La tête, non plus.

http://clcalvez.free.fr/plougonven/evenements/m_guerz/1mail2004_4.jpg
*
*
Ce qui enfle, chez Jean Loïc Lemarchand, 50 ans, marié à  Christine, père et grand-père, c'est le succès. Voilà un gars dont vous verrez rarement une affiche. Dont le nom est inconnu au bataillon des «genz'en vue».
Il fait pourtant 50 000 spectateurs chaque année. Il joue à guichets fermés depuis vingt ans.
*
A dû être ovationné par 900 000 spectateurs qui « vont au théâtre comme on va au miroir ». Quatre cents comités des fêtes et associations attendent qu'il veuille bien amener Marie Guerzaille chez eux. Luxe suprême : il choisit là où il veut bien faire le pitre.
Il faut que la cause défendue lui plaise. Il se déplace pour payer des maillots aux gamins du club de foot, un toit pour la chapelle écroulée, des soins pour une petite leucémique, un coup de peinture pour la cantine scolaire. Il joue « pour apporter le soleil ». Il joue quarante week-ends par an.
*
*
Redevient paysan à temps plein l'été.
*
*
Marie Guerzaille
*
est marrante et poignante à la fois. Elle tient la scène durant trois heures, comme une athlète. Elle mouille sa blouse. Elle est nourrie d'actualité
et de l'absurdité du monde. Elle brode sur le chaos, pirouette et retombe sur ses pieds. Au bout du compte, elle fait mouche. Et un triomphe.
*
*

Voir aussi son site internet: http://www.spectacle-marie-guerzaille.com/




*
*
*

Marie Guerzaille  " Soirée Comique"

Une succession des personnages nous décrivent la vie à Ker Bristou, petit bourg de 182 habitants. L'ouvrier agricole, livreur de cidre, le professeur le facteur la nourrice et le vengeur masqué.


    

Le spectacle est souvent dans la salle...

 

Le facteur à mobylette

 

La nourrice aux manières expéditives

Zorro maîtrise sa monture qui se cabre...

A la fin le tirage au sort offre un cadeau à un spectateur, ce qui clôt un spectacle original qui va du loufoque au poétique en passant par la dénonciation des problèmes de société. 

*

*




*

*

Qu'est-ce qui la rend si populaire, Marie ? Le bouche à oreille qui est l'Internet du débranché, certes. Mais aussi son prix : « C'est 8€ l'entrée.
J'y tiens. Je veux que les gens viennent au spectacle en famille.C'est mon bonheur. »

Sa simplicité : « Mon succès, c'est d'être accessible aux
gens ordinaires, aux gens qui ne vont jamais au spectacle et qui y ont droit. »

Sa santé : « J'ai la patate. » Et son renouvellement permanent :

« Marie, je n'arrête pas de lui tricoter des histoires. J'ai un cerveau qui marche le jour, à la ferme. Et un autre qui travaille la nuit. Je suis en 3x8, quoi ! »

 

  « Au village, je passe tous les jours devant les tombes et je peux te le dire : les cimetières ne sont pas cotés en Bourse. »

 

C'est un gars heureux qui vous dit ça,......

*

*

Plus d'infos : http://www.myspace.com/marieguerzaille#ixzz11IT7G1S9
*
*

 





Commenter cet article

mitou la Bretonne 04/10/2010 14:47



Et bien c'est vrai que çà donne envie !!! mais en Bretagne je n'y suis pas beaucoup et pas à la bonne époque !!! autrement je serais volontiers aler mêler mes apllaudissements aux autres !!!


bisous  MITOU



petitefolie72 05/10/2010 23:19



peut etre un jour tu en aura l occasion, bizzzzzzzzzzzzz